Fleodrodum

Cette œuvre d’Eric Swiggers est une commande de l’harmonie de Wilhelmina Vlierden, village Néerlandais, en 2010.

Fleodrodum décrit l’histoire de ce petit village Vlierden qui s’appelait Fleodrodum au moyen-âge. La composition est divisé en 4 mouvements.

Introduction, année 721. Fleodrodum apparait pour la première fois dans les livres d’histoire en 721. C’est pourquoi ce premier mouvement est une danse médievale. Un petit motif très enjoué traverse ainsi cette première partie, de pupitre en pupitre, pour nous inviter à danser !

Les moulins à eau. Entre les 14ème et le 17ème siècles, il y avait 3 moulins à eau dans le village de Vlierden. Ce second mouvement décrit l’un d’entre eux. Il commence tout doucement et sagement à tourner. Puis progressivement, il tourne de plus en plus vite, finit par s’emballer et s’enfuir au loin !

Le lac et la tombe. Cette troisième partie décrit une région parsemée de nombreux petits lacs et marais. On y trouve également la tombe famililale de Hendrick Wiegersma, une personne très importante du village. Sur cette tombe on peut lire l’émouvante épitaphe : écoutons ensemble dans l’amour le bruit du silence (listening together in love to the sound of silence).

La danse de la sorcière.
Ce dernier mouvement fait allusion aux ancêtres de Vlierden qui croyaient que des sorcières dansaient sur une montagne de sable située au milieu d’une forêt avoisinante. Une danse qui débute tranquillement mais qui très vite s’emballe pour devenir frénétique, inquiètante…