Starmania, comédie musicale

Starmania est un opéra-rock dont l’orchestration musicale est signée Michel Berger et le livret, Luc Plamondon.

Cette célèbre comédie musicale a été jouée la première fois le 10 avril 1979, au Palais des Congrès de Paris. Depuis lors, son succès ne s’est jamais démenti. Starmania est devenue, au fil du temps, des adaptations et diverses reprises, l’une des comédies les plus célèbres du répertoire francophone. Joué partout dans le monde.

L’album studio original de 1978 s’est vendu à plus de 2,2 millions d’exemplaires rien qu’en France ! Décrochant ainsi à la septième place des meilleures ventes d’albums au niveau national. 

Le projet initial de Michel Berger, Angélina Dumas, date de 1974. Il s’agissait d’une réflexion autour du syndrome de Stockholm et de l’histoire de l’enlèvement de Patricia Hearst par un groupe terroriste d’extrême gauche des Etats-Unis. Ce syndrome est un phénomène psychologique observé chez des otages ayant vécu durant une période prolongée avec leurs geôliers et qui ont développé une sorte d’empathie, de contagion émotionnelle vis-à-vis de ceux-ci, selon des mécanismes complexes d’identification et de survie. Celle-ci, 1975, s’était finalement ralliée à la cause de ses ravisseurs. Dans la même veine, la Bande à Baader a aussi été une référence de Starmania pour Plamondon et Balavoine.

Dans un futur proche, l’Occident n’est plus qu’un seul pays dans lequel nombre d’individus rêvent, d’une façon ou d’une autre, de devenir une star. À l’approche de l’élection présidentielle, Monopolis, la capitale Occident, est terrorisée par les Étoiles Noires. Le chef de la bande, Johnny Rockfort agit sous l’emprise de Sadia, une étudiante travestie (homme travesti en femme) agitatrice et issue de la haute société. Dans les souterrains de Monopolis, Marie-Jeanne, serveuse de l’Underground Café écoute les bulletins d’information en continu du télévangéliste (présentateur du journal télévisé) Roger Roger sur la chaîne Télé-Capitale et assiste aux préparations d’attentats de Sadia et Johnny.

Aujourd’hui, le synopsis de Starmania résonne étrangement dans ce début de XXIème siècle…

« Au-dessus de ce café souterrain s’élève la tour dorée du milliardaire et ancien militaire Zéro Janvier. Celui-ci annonce sa candidature à l’élection présidentielle et défend un modèle de société sécuritaire, raciste, économiquement libérale et résolument éloignée de toute conception écologiste : le « nouveau monde atomique ». Son principal adversaire, le Gourou marabout, prône quant à lui un retour à la nature et une plus grande liberté des mœurs…»

Source : Wikipédia.