Légendes romantiques et celtiques, le 2 avril 2022.

Premier concert de l’année, l’OHA a enfin présenté à son public un concert longuement et difficilement préparé… Neuf pièces musicales, tout en douceur.

Légendes romantiques et celtiques.

L’apprenti sorcier :

Ce poème populaire de Goethe a inspiré Paul Dukas pour composer cette œuvre : un jeune apprenti sorcier, un peu paresseux, tente d’animer un balai pour faire son travail à sa place : remplir une bassine à l’aide de seaux d’eau, sur ordre de son maître sorcier, qui s’est absenté. Il répète, de mémoire, quelques formules… La balai s’exécute, et remplit très vite la cuve… Mais il ne s’arrête plus ! Le balai est incontrôlable… la maison est sous les flots… l’apprenti sorcier tente de le trancher avec sa hache, mais il se démultiplie ! «Quelle effroyable inondation ! – Ah ! Maître, le péril est grand, les Esprits que j’ai évoqués, je ne peux plus m’en débarrasser». Thème infiniment moderne : comment les humains peuvent-ils se laisser déborder par leurs propres créations …

Going home :

Voici un thème bien connu : celui la Symphonie n°9 dite du « Nouveau monde » de Dvořák, composée sur le sol américain. Elle s’inspire de la musique des indiens d’Amérique : selon la légende, Hiawatha est envoyé sur terre en mission : être un exemple pour tous les hommes, renforcer leur courage et leur union. IL naît parmi les Indiens, grandit, épouse Minnehaha. Il vit en guerrier, mais en cas de besoin, peut se changer en oiseau, en poisson, en toute sorte d’animal ou de plante. Le second mouvement de la 9° symphonie, chante avec nostalgie le Far West et évoque la mort de Minnehaha, son épouse. Cette mélodie bien connue, s’est depuis popularisée aux Etats-Unis, par la  chanson : « Going home ».

Peer Gynt (Le matin) :

Peer Gynt est un homme d’une vingtaine d’années, prétentieux, aventureux, qui part défier le vaste monde et tente de fuir la réalité par le mensonge. À la recherche d’aventure et d’amour, il se retrouve dans un monde de trolls et de démons. Bloqué dans le désert marocain après que ses compagnons l’aient abandonné, il est sauvé par la découverte d’une oasis.
« Un bosquet de palmiers et d’acacias à l’aube… Peer Gynt est dans un arbre, se protégeant avec une branche cassée d’un groupe de singes». Voici «Le Matin».

L’italienne à Alger :

Vingt-sept jours, peut-être même seulement 18 ! C’est dans ce temps record que Rossini a composé l’un de ses plus grands succès. L’histoire met en scène deux amants, Isabella et Lindoro.
Ce dernier est prisonnier d’un tyran, Mustafà, gouverneur d’Alger. Isabella, partie le délivrer, est elle-même capturée par les hommes de Mustafà qui cherchait justement une jeune beauté italienne pour remplacer sa femme Elvira dont il s’était lassé. Finalement Isabella déjoue les pièges et réussit grâce à sa ruse et à son charme à s’évader en libérant Lindoro.
Alors Mustafa, promet de rester fidèle à son épouse et de ne plus jamais approcher une Italienne !

Celtic flutes :

Aventurons-nous à présent dans l’imaginaire celtique irlandais en découvrant l’histoire de la tribu de Dana, un peuple féerique de Dieux, Déesses, magiciens et druides, chacun disposant de pouvoirs.
Dana est la déesse de la fertilité et de la prospérité.
Elle est une Déesse des Eaux , mais aussi de la Terre, incarnant ainsi l’abondance du sol, mais également le cycle de la vie, rythmé par les saisons.
Dana se présente régulièrement sous la forme d’une trinité, elle est à la fois épouse, mère et fille.
Mère et fille, flutistes, Sabine et Camille évoqueront l’amour et le chagrin, la joie et l’espoir de cet imaginaire irlandais.

Cry of the celts :

Lord of the Dance (Le Seigneur de la danse) est un célèbre spectacle irlandais, composé de danses, de chants et de musiques celtiques. Il retrace l’histoire de l’une des plus anciennes légendes du folklore irlandais.
« Le temps était suspendu. Erin était la Déesse universelle… L’histoire était déjà écrite et chacun connaissait son rôle. Mais les anciens clans, assis sur des cercles de pierres entendirent des voix et le sommeil des esprits fut troublé. Une puissance venue des ténèbres est venue défier the «Lord Of The Dance». La musique évoque tantôt un univers féerique, déesses et seigneurs de guerre, tantôt l’affrontement entre le bien et le mal, la peur et la victoire.
Voici 5 mouvements extraits de cette histoire :
Le Cauchemar (Nightmare), Erin la Déesse (Suil A Ruin), L’Évasion (Breakout), Le chant funèbre (The Lament),
La victoire (Victory).

The last rose of summer :

« La dernière rose de l’été », est un poème irlandais. C’est la dernière rose de l’été, éclose et délaissée. Ses gentilles compagnes fanées, se sont laissées mourir. À ses côtés, nul bourgeon, nulle fleur de sa lignée ne reflète ses rougeurs, ne répond à ses soupirs. Toi, perchée sur ta tige, je ne te laisserai pas languir …
Les belles endormies reposent, va donc t’assoupir .
J’épandrai doucement tes feuilles sur le lit du jardin où tes amies gisent sans parfum, ni vie.
Ô … qui pourrait vivre seul sur cette terre désolée ? « The Last rose of summer », ainsi mise en musique, doit aussi faire entendre que la Vie reprend toujours ses droits.

Lord Tullamore :

Imaginons-nous , après une escapade dans les grands espaces irlandais, de plaines, de lacs, passant des marécages aux massifs montagneux et atteignant cette immense côte sauvage, ces falaises calmes et bruyantes. Arrivés au village de Tullamore, nous retrouvons les maisons de toutes les couleurs, nous cherchons les ruines d’un château et entendons la musique résolument contagieuse s’échapper des pubs, où chacun se retrouve, autour d’un whisky peut-être… et partage cette soirée , chaleureuse et enjouée

Highland cathedral :

Jacques Stuart est Roi d’Écosse puis  Roi d’Angleterre et d’Irlande, sous le nom de Jacques Ier. À l’âge de un an, après que sa mère  a été contrainte d’abdiquer en sa faveur. En 1583 il se donne le titre de « Roi de Grande-Bretagne et d’Irlande » : c’est l’Union des Couronnes. Les compositeurs de l’œuvre qui va suivre, ont été inspirés par l’histoire de ce roi qui avait convoqué tous les chefs de clan à une réunion secrète à l’Highland Cathedral de Glasgow, en Ecosse. Là, il leur fit promettre de mettre un terme à leurs querelles et luttes de clans et de s’y tenir.
Ce qu’ils firent… jusqu’à ce que le Roi meurt !